" Nous les humains avons besoin de la forêt. Elle nous offre des prestations d'une importance existentielle en tant qu'écosystème : elle produit de l'oxygène, stocke le CO2, nous apporte du bois et des aliments, stocke et purifie l'eau potable, protège de l'érosion et filtre l'air. Nous apprécions aussi les prestations culturelles de la forêt en termes de détente, de loisirs, de découverte de la nature, d'esthétique et de santé préventive. En cette période de pandémie, nous ressentons particulièrement l'importance de la forêt comme espace de repos et de détente. Jamais encore autant de personnes ne se sont rendues en forêt ! "

Stefan Asam 

Interview WEINLAND PFALZ Avec le directeur de l'Office central de gestion des forêts Stefan Asam

Portrait : Stefan Asam, né en 1965, a étudié les sciences de la forêt à Göttingen. Il est arrivé dans le Palatinat au milieu des années 1990. Il s'est d'abord occupé des forêts du Palatinat du Sud en tant que responsable du centre de l'Office des forêts d'Annweiler am Trifels. Depuis 2019, il dirige l'Office central de gestion des forêts à Neustadt an der Weinstraße et savoure particulièrement les moments de tranquillité absolue dans la forêt palatine

Qu'associons-nous de positif avec la forêt palatine ?

«La forêt palatine représente à mes yeux un patrimoine des plus passionnants et agréables à vivre. À côté de mes activités professionnelles touchant à la forêt palatine, l'étendue pratiquement illimitée de cette zone forestière constitue à titre tout-à-fait personnel un espace favorable à la détente et au repos, au ressourcement, mais aussi à l'activité sportive. Chacune de mes incursions dans la forêt palatine est l'occasion de découvrir des aspects inédits, qu'il s'agisse de formations rocheuses, de vues imprenables depuis l'orée du Haardtrand qui plongent sur la plaine du Rhin, de cours d'eau ou de la diversité de la faune et de la flore.»

En quoi diffère la forêt palatine des autres zones forestières allemandes ?

« La particularité de la forêt palatine tient à sa taille et sa cohérence. Avec son maillage très lâche de routes et d’agglomérations, la forêt palatine est considérée comme le plus grand espace forestier d’un seul tenant en Allemagne avec une superficie de 180 000 hectares. Dominée par le grès bigarré sur le plan géologique, elle constitue un paysage naturel exceptionnel qui revêt des formes variées. Que la forêt palatine soit devenue un refuge tout particulier de la biodiversité est le fruit d’une sylviculture responsable, durable et respectueuse de la nature sur plus de 200 ans. »

Quelle est la particularité de la forêt palatine et comment les visiteurs, mais aussi les autochtones, peuvent-ils en faire l’expérience sur place ?

« Mettre une seule chose en avant ne me paraît pas si simple. La forêt palatine est un eldorado pour les adeptes de sport en pleine nature. La randonnée se place ici au premier rang, avec un maillage de 1 000 kilomètres de sentiers qui s’offrent aux curieux, dont des chemins premium parfaitement balisés. Les pitons rocheux insolites sont une attraction pour les passionnés d’escalade, et il existe aussi un parc pour vététistes. Les personnes à la recherche de calme et de tranquillité y trouveront leur compte, tout comme les parapentistes aventureux. Mais tout ceci ne serait rien sans la convivialité et l’esprit ouvert des habitants. Ils se font jour dans l’atmosphère méridionale du Palatinat en s’associant à l’hospitalité d’une cuisine goûteuse que l’on peut savourer aussi bien dans l’un des nombreux gîtes de randonnée que dans l’une des caves à vins qui bordent la Route des vins allemande. »

Comment peut-on s’impliquer dans la protection de la forêt palatine ?

 

« Tout un chacun peut apporter sa contribution à la protection du climat et ainsi à la protection de la forêt, et devrait se saisir de cette opportunité sans hésiter. Nous tous sommes appelés à remettre nos habitudes de vie, de consommation ou d’alimentation en question. Et il s’agit naturellement aussi d’être vigilant, de faire preuve d’attention envers la nature et les autres à chacune de nos sorties en forêt. Ceci revient aussi, tout simplement, à ne laisser aucun déchet derrière soi ! »

Le changement climatique. Quels sont ses effets sur la forêt ?

« Trois années de chaleur et de sécheresse consécutives nous ont montré avec force dans quelles brutalité et vitesse devenue incontrôlable le changement climatique du fait de l’humanité s’abat sur la forêt. Les conditions météorologiques extrêmes, la pullulation des organismes nuisibles ainsi que l’arrivée et la propagation de nouveaux agresseurs mettent en danger les arbres et les biocénoses associées. En tant que forêt mixte diversifiée, la forêt palatine a en principe de meilleures cartes en main pour relever ces défis à l’avenir. Mais nous nous préoccupons actuellement beaucoup de nos essences de hêtres et de pins indigènes, qui sont très affaiblies et sont en train de mourir en partie. Au total, plus de 80 % de tous les arbres sont endommagés à l’heure actuelle. Pour le dire en quelques mots : la forêt éprouve d’énormes difficultés respiratoires et a besoin de notre aide de toute urgence. »

Que peut faire notre société pour soutenir la forêt dans son effort d’adaptation au changement climatique ?

« Le grand défi consiste à conserver les forêts dans un premier temps, et ensuite d’aménager des forêts qui soient en mesure de résister au changement climatique. Des essences comme l´épicéa auront tendance à disparaître au profit d’essences plus adaptées à la sécheresse et à la chaleur comme le chêne ou le châtaignier qui pourront mieux prendre la place. Si la société dans son ensemble ne parvient pas à contrecarrer efficacement le changement climatique, ce combat sera perdu d’avance. »